Décès de Philippe SEGUIN

Publié le par ump boissy saint leger

PS2
PHILIPPE  SEGUIN

NOUS A QUITTE







Disparition d’un grand homme d’Etat

 

Président de la Cour des comptes depuis 2004, Philippe Séguin est décédé dans la nuit du 7 janvier à son domicile d’une crise cardiaque, à l’âge de 66 ans

 

Député des Vosges de 1978 à 2002, maire d’Epinal de 1983 à 1997, Philippe Séguin était un homme d’Etat, l’un des grands personnages politiques du RPR, formation qu’il a présidée de juillet 1997 à 1999.

Héritier de la pensée gaulliste, il incarnait le gaullisme social. Ce souffle,  il l’a propagé lorsqu’il fut ministre des Affaires sociales et de l’Emploi de  1986 à 1988 sous le Gouvernement de Jacques Chirac. Mais également lorsqu’il présida l’Assemblée nationale de 1993 à 1997.

 « Personnalité à fort rayonnement, à caractère exceptionnel, n’ayant peur de personne », selon Jean-Pierre Raffarin,  Philippe Séguin était, pour Eric Besson, « un vrai grand républicain, farouchement attaché à la France, à la nation ». Sentiment que partage Charles Pasqua précisant combien  il « était profondément pénétré par l’idée de la nation, de la République ».

Président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer s’est dit « ému et admiratif de son parcours ». Pour Dominique Paillé, cette « nouvelle est extrêmement triste. Philippe Séguin avait encore tellement de choses à faire et apporter au pays ». Frédéric Lefebvre évoque, pour sa part  « un homme droit et passionné qui a consacré toute son énergie au service des autres ».

 

 

 


Fillon hommage à P.Seguin

Nicolas Sarkozy  parle de sa « très grande tristesse »

après la disparition de Philippe Séguin,

un homme « particulièrement attachant », « à l'intelligence rare »,

« entier et absolument passionné ».

 


 

Le Mouvement Populaire rend hommage à Philippe Séguin

La République Française vient de perdre un grand Homme ; un homme d’Etat.

Homme de courage, Philippe Séguin a parfois pris des positions qui n’allaient pas dans le sens des modes et des conformismes. Il fut l’un des premiers et des plus talentueux pour nous rappeler où les dérives technocratiques de l’Europe pouvaient nous conduire. Et, le discours qu’il prononça à la tribune de l’Assemblée Nationale lors des débats sur le traité de Maastricht restera comme l’un des plus importants de l’histoire parlementaire et politique de la France.

Homme d’exigence au caractère affirmé, il sût tout au long de sa carrière politique faire vivre le Gaullisme et l’idéal républicain.

Homme de convictions, ce gaulliste social a mis en œuvre ses idées en tant que Ministre du travail et des affaires sociales en s’attelant particulièrement à la préservation de l’équilibre des comptes sociaux.

Homme profondément attaché aux institutions de la Vème République, il sût, en tant que Président de l’Assemblée Nationale, moderniser le travail parlementaire pour l’orienter vers le contrôle de l’action gouvernementale avec la création de la session unique. Et, en tant que Premier Président de la cour des comptes, son passage fût marqué par une modernisation sans précédent de cette haute institution.

Militant totalement investi dans l’action politique, il marqua sa présidence du RPR en s’opposant à tout rapprochement avec l’extrême droite.

Militants, sympathisants, élus et responsables du Mouvement Populaire nous sommes tous endeuillés par la mort de Philippe Seguin.

Au nom de l’équipe dirigeante, je présente à sa famille nos plus sincères condoléances.

Xavier BERTRAND
Secrétaire général

(cliquer)

PS1

Premiers hommages de la classe politique

Les obsèques de Philippe Séguin, figure marquante de la vie politique, décédé d'une crise cardiaque à son domicile parisien à 66 ans,

auront lieu lundi après-midi en l'église Saint-Louis-des-Invalides à Paris,

en présence du président Nicolas Sarkozy qui prendra la parole lors de la cérémonie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :