Emploi des seniors

Publié le par ump boissy saint leger

seniors

 

POLITIQUE

EN FAVEUR

DE

L'EMPLOI DES SENIORS

  

  

  • 60% : C'est le taux d'emploi actuel des 55-59 ans, en hausse de 5 points depuis 2007
  • 300 000 : C'est le nombre de seniors supplémentaires qui ont pu rester en emploi depuis 3 ans
  • 33 900 : C'est le nombre d'accords ou de plans d'entreprise en faveur de l'emploi des seniors

Dès 2007, le Gouvernement s’est mobilisé pour l’emploi des seniors en rompant avec les mauvaises pratiques des socialistes qui, entre 1997 et 2000, ont exclu du marché du travail 600 000 seniors, privant nos entreprises d’autant de compétences et de savoir-faire.

 

Cette mobilisation a suivi deux priorités : maintenir les seniors en activité plutôt que de les mettre en préretraite, et changer le comportement

des employeurs.

 

Cette politique commence à porter ses fruits comme en témoigne l’augmentation de 5 points en 3 ans du taux d’emploi des 55-59 ans.

Pour autant, face aux difficultés que rencontrent encore les seniors pour accéder à l’emploi, il n’est pas question pour le Gouvernement de relâcher son effort. C’est pour cette raison que la réforme des retraites prévoit une aide à l’embauche des chômeurs de plus de 55 ans.

 

QU’A FAIT LE GOUVERNEMENT

POUR L’EMPLOI DES SENIORS ?

 

Dès 2007, le Gouvernement s’est mobilisé pour l’emploi des seniors, avec un objectif clair : mettre fin à la culture des préretraites et des dispenses de recherche d’emploi qui avaient exclu 600 000 seniors du marché du travail entre 1997 et 2000.

 

Alors que les socialistes préféraient sacrifier les salariés les plus âgés pour maquiller les statistiques du chômage, le Gouvernement a au contraire choisi de maintenir les seniors en activité. Ce choix résolu s’est traduit par plusieurs mesures concrètes comme l’extinction progressive des mises à la retraite d’office, l’augmentation de la surcote, et la suppression des freins qui pesaient sur le cumul emploi-retraite.

 

Et parce qu’en matière d’emploi des seniors, rien ne peut se faire sans le concours des entreprises, le Gouvernement a également agi pour changer le comportement des employeurs. Comme le disposait la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2009, les branches et les entreprises avaient jusqu’au 1er janvier 2010 pour signer des accords ou mettre en oeuvre des plans d’action sur le recrutement ou le maintien de seniors dans l’emploi. Les entreprises qui n’auraient pas respecté ce délai devaient s’acquitter d’une pénalité égale à 1 % de leur masse salariale.

 

Cette mesure a porté ses fruits : à ce jour, les deux tiers des salariés sont désormais couverts par un accord ou un plan sur l’emploi des seniors. 80 accords de branche et 33 900 accords ou plans d’entreprise ont été mis en oeuvre, et seulement 250 entreprises ont préféré payer une pénalité. Dans chaque entreprise, les accords en faveur des seniors constituent un formidable accélérateur pour améliorer les conditions de travail.

 

QUELS RÉSULTATS CONCRETS ?

 

 

Cette politique a permis d’inverser la tendance :

Depuis 2007, le taux d’emploi des 55-59 ans a augmenté de plus de 5 % et atteint désormais 60 %, alors qu’il était de 46,9 % en 1990, de 48,2 % en 2000 et de 55,3 % en 2007. En matière d’emploi des 55-59 ans, la France se situe désormais dans la moyenne européenne.

 

Le taux d’emploi des 55-64 ans a également augmenté : 39,4 % au deuxième trimestre 2010 contre 38,9 % un an plus tôt.

Au total, depuis 2007, 300 000 seniors supplémentaires ont pu rester en emploi.

 

L’action du Gouvernement a également permis de contenir l’impact de la crise sur le chômage des seniors : depuis le début de la crise, le taux de chômage des plus de 50 ans est resté limité à 6,1 %, soit un taux très inférieur à la moyenne nationale (9,3 % au 2ème trimestre 2010).

 

CETTE MOBILISATION VA-T-ELLE SE POURSUIVRE ?

 

Oui, à commencer par la réforme des retraites qui va favoriser l’emploi des seniors.

 

Le report de l’âge légal, mesure-phare de cette réforme, va jouer mécaniquement en faveur de  l’embauche et du maintien des seniors dans les entreprises.

 

Ensuite, toujours dans le cadre de cette réforme, Christine LAGARDE, Eric WOERTH et Laurent WAUQUIEZ ont proposé de mettre en place un nouveau dispositif d’aide à l’embauche pour les chômeurs de plus de 55 ans :

 

Un dispositif simple : toutes les entreprises et tous les niveaux de rémunération sont concernés ;

 

Un dispositif lisible : l’aide à l’embauche est versée pendant un an, et elle revient à supprimer pratiquement toutes les charges pour les rémunérations au niveau du SMIC ;

 

Un dispositif efficace, car il favorise l’accès durable à l’emploi : l’aide concerne en effet toutes les embauches en CDI ou en CDD de plus de six mois.

 

Parallèlement, le Gouvernement veut tout mettre en oeuvre pour valoriser la transmission des savoirs. Pour cela, un dispositif efficace existe, le tutorat. Grâce au tutorat, un salarié senior forme un jeune et lui permet de bénéficier de son expérience acquise dans l’entreprise. Ce dispositif gagnant pour le jeune comme pour le salarié âgé doit être développé : dans cette perspective, les plafonds de prise en charge des frais vont être majorés pour les tuteurs qui se trouvent à un an de leur âge légal de départ en retraite. À terme, 20 000 tuteurs pourraient être concernés.

Adh - rez.jpg

ou

Contacter le correspondant de l'UMP de Boissy -Saint- Léger

Philippe SKALSKI - 06 61 12 12 49 - 94.ump.boissy @ free.fr

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :