Le Grand Emprunt

Publié le par ump boissy saint leger


GE
              Grand Emprunt

                                35 milliards d’euros

Le montant du Grand Emprunt mobilisera 35 milliards d’euros d’argent public.

Avec la participation du privé, il atteindra 60 milliards.

Cinq priorités: enseignement supérieur, recherche, industrie, numérique et développement durable




GE1

Le Président de la République, Nicolas Sarkozy,  a dévoilé lundi  14 décembre 2009 le montant du grand emprunt d’Etat : 35 milliards d’euros d’argent public (*) « exclusivement consacrés aux préoccupations d’avenir et à enrichir le pays». Avec  l’effet levier et le concours d’autres sources» comme le privé, cet emprunt devrait mobiliser, au total, 60 milliards d’euros.

11 milliards seront consacrés  à l’Enseignement supérieur et à la Formation. « Nous voulons les meilleures universités du monde », a souligné Nicolas Sarkozy qui veut donner à ces dernières « les moyens de l’excellence ». Pour cela, conditionnant les aides à des critères comme une nouvelle gouvernance, l’autonomie, la contractualisation, le partenariat, il envisage la création de « dix campus d’excellence ».

Seconde enveloppe, celle de la Recherche, avec 8 milliards. Estimant que la France est championne « de la découverte et en retard sur les brevets », les pôles de compétence seront « musclées », notamment ceux sur les biotechnologies et les nanotechnologies. Dans le domaine de la Santé », les efforts porteront sur la lutte contre les maladies comme le cancer, le sida, l’Alzheimer…

6, 5 milliards d’euros seront mobilisés pour l’industrie et les PME (petites et moyennes entreprises) et  plus précisément sur l’aéronautique, le spatial, l’automobile, le ferroviaire et le naval.

5milliards seront dévolus au développement durable et sur des efforts technologiques majeurs comme les réacteurs nucléaires de quatrième génération. Le CEA va devenir le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives.

Enfin, 4,5 milliards d’euros seront consacrés à l’économie numérique dont le premier et principal effort sera d’équiper l’ensemble du territoire français en haut débit.

« Cet effort exceptionnel ne peut être détourné au profit de dépenses récurrentes de l’administration », a noté Nicolas Sarkozy, annonçant la création d’un Commissariat général de l’investissement ainsi que d’un Comité » de surveillance, lequel sera co-présidé par Alain Juppé et Michel Rocard.

(*)Sur ces 35 milliards, 22 milliards seront empruntés sur le marché financier et 13 milliards proviendront du remboursement à l’Etat des aides consenties aux banques

 

GE2 
                                                             Cinq priorités (clique)

 

EmblemRF                                                                                 Dossier de Presse (cliquer)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :