Valérie PECRESSE Le Grand Paris- Convention à Saint-Mandé (94)

Publié le par ump boissy saint leger

 LE GRAND PARIS


La région Île-de-France est,

aujourd’hui en perte de vitesse faute de dynamisme, de grands projets structurants, de lisibilité des politiques d’aménagement du territoire et d’interlocuteur politique clairement identifiable.

Les enjeux du Grand Paris sont donc régionaux mais aussi nationaux. 

Le projet du Grand Paris apporte à l’Ile-de-France un nouveau souffle. Il s’agit d’un projet visionnaire qui va changer la carte de la future de l’Ile-de-France en transformant complètement les conditions de vie des Franciliens notamment grâce à la mise en œuvre d’un vaste plan d’investissement pour les transports avec notamment le « grand huit » long de 130 km et reliant les grands pôles de développement de la région. Il s’agit là du projet structurant par définition puisque c’est sur son tracé que l’on greffera les zones d’activités, d’emploi et de logements. 

Il est également prévu de soutenir des territoires de projets tels que le plateau de Saclay qui a vocation à devenir une des plus importantes plateformes scientifiques et technologiques du monde. Enfin, l’innovation va devenir le principal moteur de la compétitivité en Ile-de-France grâce à la mise en place d’actions ciblées : multiplier au sein des clusters les échanges et partages de responsabilités entre l’industrie, la recherche et la formation, développer les filières de formation d’excellence en artisanat, métiers techniques  ou manuels, encourager un nouvel urbanisme des campus intégrant les logements pour étudiants, chercheurs, cadres et employés …

Mais le Grand Paris c’est aussi le signal fort de l’engagement de l’Etat en faveur de la croissance de l’ensemble du territoire national. Enfin l’Etat est de retour en Ile-de-France !! Enfin l’Etat acte le fait que « Paris et le désert français » n’a plus de sens aujourd’hui. La région capitale n’est pas en concurrence avec Lyon, Bordeaux ou Marseille. Mais bien avec Londres, Berlin, Barcelone ou New York. 

Pendant 40 ans la région capitale a été freinée dans son développement par la création d’agréments pour certaines activités, par des taxes spécifiques sur la création de bureaux, par l’absence d’interventions financières de l’Etat à la hauteur des enjeux…Mais voilà, en pénalisant la région capitale, on réduit les capacités du pays tout entier. 

En changeant la donne, en réaffirmant le rôle de l’Etat, au niveau financier, au niveau des règles de droit, au niveau de l’impulsion urbanistique et architecturale, Nicolas SARKOZY rompt avec la pratique conservatrice et immobile de ces dernières décennies qui a conduit à affaiblir l’attractivité de notre région. La crise économique, prétexte de l’immobilisme de certains, est combattue par le chef de l’Etat par l’innovation et les grands projets. 

Le Grand Paris constitue un formidable

défi humain, économique et culturel pour tous les Franciliens.

 

                                          


Cette réunion organisée à Saint-Mandé
a été l’occasion pour les élus UMP du Val de Marne et pour les habitants de rappeler les besoins énormes de notre département en matière de transport.

 

Impossible sur le plateau Briard de se passer de la voiture. Des trajets très longs pour des distances très courtes. Des RER d’un autre âge. Des transports en commun qui ne sont pas adaptés aux liaisons entre les banlieues, on doit toujours passer par Paris.

 

Et si on veut aller sur Paris et y prendre ensuite les transports en commun, les parkings sont hors de prix.

 

toutes les solutions ont été proposées du « vélib » au téléphérique.

Le bilan de la Région sur le sujet des transports est tellement faible

que c’est le Président de la République lui-même qui a dû intervenir pour les RER et pour le développement des transports car la Région ne faisait rien.

 

Une étude montre combien les transports sont un enjeu majeur :


- Pour 89% des personnes ayant répondues, prendre les transports est une contrainte et non un plaisir.
- 54% d’entre elles déclarent trouver l’offre de transports en commun en Ile-de-France «mauvaise» voire «très mauvaise»,
- 99% des interrogés rêvent d’un service minimum leur garantissant des moyens de transports les jours de grève.
- 83% se prononcent pour une offre de transports en commun de nuit.
- 50% des automobilistes sont prêts à prendre les transports en commun si le prix de la carte orange descend à 50 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :