Disparition d'un grand serviteur de l'Etat

Publié le par ump boissy saint leger


robert-pandraud-350x300 Robert Pandraud :

disparition d’un

grand serviteur de l’Etat


Ancien ministre délégué

chargé de la Sécurité (1986-1988),

Robert Pandraud est décédé jeudi 18 février, à l’âge de 82 ans


Il était respecté et aimé des élus, cadres et militants

pandraud rene03 440x380Grand serviteur de l'Etat, Robert Pandraud était un homme affable, attachant, respecté et aimé des élus, cadres et militants du Mouvement populaire. Ministre délégué à la Sécurité au côté du ministre de l'Intérieur de 1986 à 1988, Robert Pandraud a affronté la vague de terrorisme qui s'est abattue sur Paris en 1986. Patriotisme, fidélité, sens du devoir sont des valeurs qui habitaient et que portaient celui qui était député RPR (1988-2002) puis UMP (2002-2007) en Seine-Saint-Denis

pandraud rene04 350x300
Avant d'entrer en politique, Robert Pandraud avait mené de 1968 à 1981, une carrière de haut-fonctionnaire de l'ombre au ministère de l'Intérieur.

Ancien député (RPR puis UMP) de Seine-Saint-Denis (1986-2007) et ancien conseiller régional (RPR) d'Ile-de-France (1992-1998), M. Pandraud, membre du bureau politique de l'UMP depuis 2004, présidait depuis 2005 la commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales du parti présidentiel.

Ce fils d'instituteur avait été affecté au ministère de l'Intérieur à sa sortie de l'ENA (promotion "Paul Cambon") en 1953. Il choisit la préfectorale, et sera notamment secrétaire général des Hauts-de-Seine (1967-1968).

Revenu au ministère de l'Intérieur, cet homme d'ordre qui goûte le pouvoir plus pour sa puissance que pour les honneurs, occupe durant plus de dix ans des postes sensibles: directeur central de la sécurité publique, puis directeur du service actif de la police nationale (1970-1973), directeur du personnel et du matériel de la police (1973).

Il sera connu du grand public durant la première cohabitation où, dans le gouvernement de Jacques Chirac (1986-1988), il occupe les fonctions de ministre de la Sécurité avec comme ministre de tutelle Charles Pasqua.

Devenu ministre de la Sécurité, il avait dû affronter en 1986, avec son ministre de tutelle Charles Pasqua, la vague d'attentats commis à Paris

 

641190-782886Nicolas Sarkozy

Président de la République

 

Le Président de la République a appris avec beaucoup de tristesse et d’émotion le décès de Robert PANDRAUD.

Il salue la mémoire de cet homme qui fut un très grand serviteur de l’Etat et de la cause de la sécurité des Français, homme d’autorité mais aussi de dialogue et de conciliation.

Haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, il en avait gravi tous les échelons et s’y était vu confier les plus lourdes responsabilités, notamment celle de Directeur général de la Police nationale.

Aux côtés de Charles PASQUA comme Ministre délégué à la sécurité lorsque la France fut frappée par une terrible vague d’attentats terroristes, il sut par son action ferme et déterminée, y mettre un terme et rétablir la sécurité sur notre territoire.

Engagé en politique, il fut élu à de nombreuses reprises député de la Seine-Saint-Denis. Ses électeurs purent découvrir et s’attacher aux autres aspects de la personnalité de cet homme chaleureux, tolérant et profondément conciliateur



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :